club des anges

Discussion générale en toute simplicité
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 janvier 2018

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
violette64
Admin
avatar

Nombre de messages : 4884
Date d'inscription : 05/07/2014

MessageSujet: janvier 2018   Mar 2 Jan - 12:36

[size=30]Saint Basile le Grand[/size]

moine, évêque de Césarée de Cappadoce, docteur de l'Eglise (✝ 379)

Basile de Césarée et Grégoire de Nazianze sont tous deux nés en Cappadoce. Basile dans une famille de dix enfants qui deviendront presque tous des saints. Saint Grégoire est né dans le foyer d'un juif converti qui deviendra évêque. Ils se rencontrent à Athènes, lors de leurs études, et désormais ils se lient d'une grande amitié. La même foi et le même désir de perfection animent les deux étudiants. De retour en Cappadoce, ils font des projets monastiques, mais l'Eglise a besoin d'évêques dynamiques en cette période troublée par les hérésies. Basile devient évêque de Césarée. Grégoire, évêque de Nazianze, le siège épiscopal de son père, puis de Constantinople. La forte personnalité de Basile en fait un évêque de premier plan qui défend la foi trinitaire. Il rédige également des règles monastiques, qui sont encore en vigueur dans les monastères "basiliens". Saint Grégoire est plus fragile. Chassé de Constantinople, il finira solitaire, composant d'admirables poèmes que la liturgie utilise encore.
Saints Basile le Grand et Grégoire Nazianze, évêques et docteurs de l'Eglise(VaticanNews)
Mémoire des saints Basile le Grand et Grégoire de Naziance, évêques et docteurs de l’Église. Basile, évêque de Césarée en Cappadoce, appelé Grand pour sa doctrine et sa sagesse, enseigna aux moines la méditation des Écritures, le labeur de l’obéissance et la charité fraternelle. Il organisa leur vie par des règles qu’il avait lui-même rédigées. Par ses écrits excellents, il instruisit les fidèles et se distingua par son souci pastoral des pauvres et des malades. Il mourut le premier janvier 379. Grégoire, son ami, évêque successivement de Sasimes, de Constantinople et de Naziance, défendit avec beaucoup d’ardeur la divinité du Verbe, ce qui lui valut d’être appelé le Théologien. Il mourut le 25 janvier 370. L’Église se réjouit de célébrer la mémoire conjointe de si grands docteurs.
Martyrologe romain


Revenir en haut Aller en bas
violette64
Admin
avatar

Nombre de messages : 4884
Date d'inscription : 05/07/2014

MessageSujet: Re: janvier 2018   Mer 3 Jan - 18:35

[size=30]Sainte Geneviève[/size]

Vierge à Paris (✝ 500)

Elle est née à Nanterre vers 420. Alors qu'elle a sept ans, l'évêque saint Germain d'Auxerre, de passage, la remarque et la consacre à Dieu. C'est dans le monde qu'elle mènera sa vie consacrée. En 451, les Huns menacent Paris. Geneviève persuade les parisiens affolés que les Barbares n'attaqueront pas la ville et qu'il est inutile de fuir. En effet Paris est épargné. Puis ce sont les Francs qui viennent l'assiéger. Geneviève s'échappe par la Seine et va quérir du ravitaillement jusqu'à Troyes. Plus tard, elle jouit de la confiance des rois francs et obtient d'eux la grâce des condamnés. Elle se lia d'amitié avec sainte Clotilde. Sa réputation est telle qu'elle se répand jusqu'en Syrie où saint Syméon le Stylite, du haut de sa colonne, se recommande à ses prières. Elle passera sa vie à secourir les pauvres et guérir les malades. 
Site du diocèse de Nanterre dont elle est la patronne et où elle est née.
Femme forte, paisible et de grande autorité, femme qui sut rétablir l'ordre et la paix de la cité au cours des pires épreuves, Geneviève reste un repère et un exemple pour tous les gendarmes dans leur labeur, en même temps qu'elle intercède pour eux.
Par décret en date du 18 mai 1962, le bienheureux pape Jean XXIII a solennellement désigné sainte Geneviève comme patronne de la Gendarmerie, dont il avait pu apprécier les engagements et le sens du service comme nonce apostolique à Paris, peu auparavant.
Au calendrier de l'Église, la fête de sainte Geneviève figure au 3 janvier qui correspond à la date de sa mort, c'est-à-dire de sa naissance au ciel. Cependant, cette date n'étant pas favorable au rassemblement des gendarmes requis par cette célébration, elle est célébrée par la gendarmerie au 26 novembre, qui correspond à la fête de Sainte Geneviève des Ardents, instituée par le pape Innocent II pour le diocèse de Paris en l'honneur des miracles de guérison de la peste opérés à l'invocation de la sainte en cette ville en l'an 1130. La gendarmerie étant une unité dont les origines sont liées à l'histoire de la ville de Paris, cette date paraît particulièrement bien convenir. (Diocèse aux Armées françaises)
Voir aussi: Sainte Geneviève (v. 420 - v. 500), patronne de Paris et les Saints parisiens - diocèse de Paris.
À Paris, vers l’an 500, la mise au tombeau de sainte Geneviève, vierge de Nanterre, qui, à l’âge de quinze ans, reçut le voile des vierges à l’invitation de saint Germain d’Auxerre. Elle réconforta les habitants de la cité lors de l’invasion des Huns, et vint en aide à ses concitoyens pendant une famine.
Martyrologe romain


Revenir en haut Aller en bas
t'ite fée
Admin
avatar

Nombre de messages : 5176
Age : 61
Localisation : Tourcoing Nord
Date d'inscription : 29/10/2007

MessageSujet: Re: janvier 2018   Jeu 4 Jan - 9:17

vwxdf


t'ite fée
Revenir en haut Aller en bas
violette64
Admin
avatar

Nombre de messages : 4884
Date d'inscription : 05/07/2014

MessageSujet: Re: janvier 2018   Jeu 4 Jan - 12:32

[size=30]Saint Odilon de Cluny[/size]

Cinquième abbé de Cluny (✝ 1049)

L'Ordre des bénédictins en France unit la mémoire de saint Odilon à la fête de saint Maïeul. Il succéda en effet à saint Maïeul comme abbé de Cluny pendant cinquante-cinq ans en un temps où l'influence de cette abbaye s'étendait sur l'Europe entière. Austère pour lui-même, il était d'une grande bonté et d'une grande indulgence pour ses moines. Artisan de paix, il unit ses efforts à ceux de Richard de Saint-Vannepour mettre en œuvre la "trêve de Dieu" qui interdisait tout acte de guerre et de brigandage du mercredi soir au lundi matin. L'Église lui doit aussi la commémoration des fidèles défunts, c'est lui qui introduisit la liturgie de l'intercession pour les morts, le 2 novembre. Il est fêté le 31 décembre, au jour de sa naissance au ciel en 1049.
Né en 962 à Saint-Cirgues, Odilon, paralysé dans son enfance, doit sa guérison à une intervention de la Sainte Vierge. Éduqué à Brioude, il y rencontre l’abbé de Cluny Mayeul en 990. Il décide de le suivre. Il participe ainsi à la grande aventure de réforme clunisienne. Cette réforme est un retour strict à la règle de Saint Benoît: rigueur morale, respect des vœux de pauvreté, d’obéissance et de chasteté, primauté de la vie liturgique et contemplative. En 994, Odilon est élu abbé de Cluny, il le restera jusqu’en 1049. Doué d’une volonté de fer c’est un remarquable organisateur. Avec lui, Cluny prend une dimension exceptionnelle.
Il meurt le 1er janvier 1049. Reconnu immédiatement comme saint, il est fêté le 4 janvier. (Saints du diocèse du Puy-en-Velay)
...Célèbre pour son inlassable charité, c’est lui qui instaura la Commémoration de tous les fidèles défunts le 2 novembre. Il prit également une part importante à l’établissement de la trêve de Dieu. St Odilon est sanflorain d’adoption car il érigea le prieuré bénédictin de St-Flour, bâtit l’église, entoura la cité de remparts et construit un pont sur la rivière du Lander... (diocèse de Saint-Flour, illustration)
"Le moine qui succéda à Saint Mayeul (910-994) à la tête de l'abbaye de Cluny est le promoteur de la 'Paix de Dieu' et de la fête des défunts, le 2 novembre." (Saint Odilon de Mercœur 961 - 1049 - Église catholique en France)
"Ô Croix mon refuge, ô Croix mon chemin et ma force, ô Croix étendard imprenable, ô Croix arme invincible. La Croix repousse tout mal, la Croix met les ténèbres en fuite; par cette Croix je parcourrai le chemin qui mène à Dieu." (Invocation à la Croix par Saint Odilon - Église catholique en France)
"...Dans le triomphe de ce jour, Et dans sa joie, célébrons Dieu..." (Hymne pour la fête de l'Assomption par Saint Odilon - Église catholique en France)

Au martyrologe romain, au 1er janvier, on note: à Souvigny en Bourbonnais, en 1049, le trépas de saint Odilon, abbé de Cluny. Sévère pour soi mais doux et miséricordieux pour les autres, il institua la trêve de Dieu entre les belligérants et, en temps de famine, mit tout en œuvre pour soulager les affligés, enfin, il institua le premier en ses monastères la commémoraison de tous les fidèles défunts, le lendemain de la fête de Tous les Saints.
Martyrologe romain


Revenir en haut Aller en bas
violette64
Admin
avatar

Nombre de messages : 4884
Date d'inscription : 05/07/2014

MessageSujet: Re: janvier 2018   Ven 5 Jan - 12:19

[size=30]Saint Edouard le Confesseur[/size]

Roi d'Angleterre (✝ 1066)

Il fut le dernier roi à régner sur l'Angleterre avant la conquête de ce pays par les Normands de Guillaume le Conquérant. Il avait horreur du sang versé. Son peuple le chérissait. Aussi éminent par sa piété que par sa générosité, il sut se faire l'ami des petites gens et fut vite l'objet d'un culte populaire, mais il n'était pas fait pour être roi. 
Après bien des querelles pour le pouvoir en Angleterre, la situation n'était pas bien claire. Les Danois avec le roi Canut régnaient sur l'est du pays, la Norvège et le Danemark. Edmond "Côte de Fer" prince d'Angleterre avait été assassiné et sa femme s'était réfugiée en Normandie. Edouard, son demi-frère, revint en Angleterre et y rétablit la couronne par sa sagesse, son humilité et sa compétence. Il cherchait toujours l'entente et la réconciliation là où c'était possible. Les expéditions danoises échouèrent. Le royaume connut une période moins troublée. Il épousa une princesse et vécurent toujours l'un et l'autre dans l'union la plus intime et la plus parfaite. Pourtant les guerres continuaient de se succéder entre Gallois et Anglais, entre les partisans d'Harold et ceux de Malcolm en Ecosse, ce qui n'empêcha pas saint Edouard de légiférer pour son royaume afin d'y établir meilleure justice et plus grande attention aux pauvres. Il résidait à Londres et à Westminster où il fit construire sa cathédrale. Il mourut quelque temps après sa dédicace.
Décédé le 5 janvier 1066, il est aussi fêté le 13 octobre, date à laquelle son corps fut transféré dans le tombeau prévu pour lui (1163).
Voir sur le site (en anglais) de l'abbaye de Westminster.
- vidéo, webTV de la CEF: le pape a offert à la reine Elisabeth en 2014 une reproduction d'un document grâce auquel le culte de Saint Edouard le Confesseur s'est étendu à l'Eglise universelle.

À Londres, en 1066, saint Édouard le Confesseur, roi d’Angleterre, qui fut très aimé de son peuple à cause de sa remarquable charité. Il assura la paix à son royaume et maintint avec soin la communion avec le Siège romain.
Martyrologe romain


Revenir en haut Aller en bas
violette64
Admin
avatar

Nombre de messages : 4884
Date d'inscription : 05/07/2014

MessageSujet: Re: janvier 2018   Sam 6 Jan - 11:49

Saints Gaspard, Melchior et Balthazar

  • .




Les mages venus d'Orient pour adorer Jésus enfant (1er s.)
Le récit de l'évangile selon saint Matthieu ne dit presque rien des Mages. Sont-ils trois ? Sont-ils rois ? Rien n'est précisé ! Il signale seulement que ces mages venaient d'Orient. (Évangile selon saint Matthieu Chapitre 2). L'étymologie de Balthazar signifie: prince de Babylone, celle de Melchior : roi perse et celle de Gaspard vient du sanscrite : "gathaspa", qui vient voir.


Revenir en haut Aller en bas
violette64
Admin
avatar

Nombre de messages : 4884
Date d'inscription : 05/07/2014

MessageSujet: Re: janvier 2018   Dim 7 Jan - 12:24

[size=35]Epiphanie[/size]

Du grec épiphanéia : « apparition » ; de épiphainéin : « paraître ou briller sur ».
La Solennité de l’ Épiphanie célèbre la manifestation de Jésus comme Messie.

La fête est venue d’Orient où elle a été fixée au 6 janvier : fête des lumières, fête de l’eau, elle est beaucoup plus la célébration de l’inauguration du ministère public du Christ, lors de son baptême au Jourdain, qu’une festivité des événements de l’enfance de Jésus.
Dans la liturgie latine, là où ce jour n’est pas férié, la célébration de cette fête est fixée au dimanche le plus prochedu 6 janvier , afin que le plus grand nombre des fidèles puissent la commémorer. ( *En 2018, le 7 janvier en France).
En Occident, elle est surtout la fête des Mages ou des « Rois ». Les manifestations inaugurales de la vie publique ne sont pas oubliées, puisque l’office de la fête parle des trois mystères de ce jour comme n’en faisant qu’un : l’adoration des Mages, le baptême de Jésus et les noces de Cana (cf. Antienne de Magnificat aux secondes Vêpres) ; il faut dire cependant que les Mages retiennent presque toute l’attention.


Revenir en haut Aller en bas
belleange
Admin
avatar

Nombre de messages : 12082
Date d'inscription : 07/12/2006

MessageSujet: Re: janvier 2018   Lun 8 Jan - 6:06



Revenir en haut Aller en bas
violette64
Admin
avatar

Nombre de messages : 4884
Date d'inscription : 05/07/2014

MessageSujet: Re: janvier 2018   Lun 8 Jan - 11:54

[size=30]Saint Lucien de Beauvais[/size]

Martyr en Beauvaisis (✝ 290)

On pense qu'il fut l'un des prêtres romains qui vinrent évangéliser la Gaule au début du troisième siècle et qui donnèrent leur vie pour le Christ. Saint Lucien évangélisa la région de Beauvais et si grande fut son action qu'elle permit à la légende de la rendre plus vivante.
"Saint Lucien est honoré comme apôtre du Beauvaisis. Après qu'il eut appelé à la foi et au baptême de nombreux habitants de cette région, une persécution s'ensuivit; il fut arrêté et décapité. Sa Passion lui adjoint deux disciples, Maxien (Maximien) et Julien, martyrisés avec lui sur la colline de Montmille (fin du IIIe siècle)."
(source: diocèse de Beauvais)

À Beauvais, vers 290, les saints Lucien, Maximien et Julien, martyrs.
Martyrologe romain
Citation :
Sa devise: 
"Je crois de cœur et je confesse de bouche, que Jésus-Christ est le fils de Dieu."


Revenir en haut Aller en bas
belleange
Admin
avatar

Nombre de messages : 12082
Date d'inscription : 07/12/2006

MessageSujet: Re: janvier 2018   Mar 9 Jan - 6:16



Revenir en haut Aller en bas
violette64
Admin
avatar

Nombre de messages : 4884
Date d'inscription : 05/07/2014

MessageSujet: Re: janvier 2018   Mar 9 Jan - 11:28

[size=30]Bienheureuse Alix Le Clerc[/size]

Fondatrice de la congrégation des Chanoinesses de Notre-Dame (✝ 1622)

Sa famille qui habitait Remiremont dans les Vosges était riche; Alix était belle, elle aimait la vie, la danse et les danseurs. Et puis, un jour, elle se convertit. Elle avait vingt et un ans. Sous la direction spirituelle de saint Pierre Fourier, elle se donna à l'éducation des jeunes filles en fondant la congrégation Notre-Dame (Chanoinesses de Saint-Augustin). 
Sa vie est faite de simplicité, de prière et de respect de la grâce de Dieu en chaque jeune dont elle recevait la charge éducative. 
- site de la Congrégation Notre-Dame.
...Elle meurt le 9 janvier 1622 au monastère de Nancy, récemment fondé. Pie XII la béatifie le 4 mai 1947. Aujourd’hui encore ses filles rayonnent son idéal dans le monde... (diocèse de Saint-Dié)
Un internaute nous signale: "Elle fut béatifiée avant la découverte de ses reliques, fait exceptionnel. Ses reliques ont été transférées le 14 octobre 2007 à la Cathédrale de Nancy. Une grande cérémonie a eu lieu en présence de l'évêque Mgr Papin."
- Bienheureuse Alix Le Clerc (1576-1622) Encouragée par saint Pierre Fourier de Mattaincourt, son jeune curé, cette religieuse lorraine fonde la Congrégation Notre-Dame et se consacre à l'éducation des jeunes filles dont personne ne s'occupe.
Témoins - site de l'Église catholique en France
À Nancy, en 1622, la bienheureuse Alix Le Clerc (Marie-Thérèse de Jésus), vierge, qui fonda, avec saint Pierre Fourier, la Congrégation des Chanoinesses régulières de Notre-Dame, sous la Règle de saint Augustin, pour l’éducation des jeunes filles.
Martyrologe romain


Revenir en haut Aller en bas
belleange
Admin
avatar

Nombre de messages : 12082
Date d'inscription : 07/12/2006

MessageSujet: Re: janvier 2018   Mer 10 Jan - 6:09



Revenir en haut Aller en bas
violette64
Admin
avatar

Nombre de messages : 4884
Date d'inscription : 05/07/2014

MessageSujet: Re: janvier 2018   Mer 10 Jan - 12:15

[size=30]Saint Guillaume de Bourges[/size]

Guillaume du Donjon, archevêque de Bourges (✝ 1209)

Le clergé et les fidèles de Bourges cherchaient un saint évêque. Ils s'adressèrent à l'évêque de Paris qui leur donna un sien cousin, chanoine de la cathédrale, Guillaume, abbé de Chaalis, abbaye située dans le nord de l'Ile de France. En fait Guillaume était aussi comte de Nevers. Il était entré dans la vie religieuse pour y faire une riche et tranquille carrière. Et puis, un jour, marqué par la grâce de Dieu, il se convertit, se fit moine à Grandmont dans la Haute-Vienne. Voulant plus d'austérités, il demanda à être admis chez les cisterciens de Pontigny en Bourgogne et fut nommé abbé de Chaalis, filiale de Pontigny. Il fut l'évêque des pauvres, ce qui lui valut l'opposition des chanoines de Bourges qui se sentaient délaissés, et du roi Philippe-Auguste à qui il reprochait son divorce et son re-mariage. 
Guillaume, archevêque de Bourges, appartenait à l'illustre famille des comtes de Nevers. Son instruction et son éducation ayant été confiées à l'un de ses oncles, archidiacre de Soissons, il devint, très jeune, chanoine des églises de Paris et de Soissons. Parvenu à l'âge adulte et désireux de se soustraire aux fardeaux du monde, il se retira dans la solitude de Grandmont; avec quelle pureté de conscience il y vécut, l'attestation en fut faite devant le Pape Innocent III, au quatrième Concile général du Latran. A la suite de divisions survenues dans l'ordre de Grandmont, Guillaume, qui craignait pour la tranquillité de son âme, entra au monastère de Pontigny, de l'Ordre de Cîteaux. Après y avoir séjourné assez longtemps, il en fut nommé prieur; puis il devint abbé de Fontaine-Jean et de Châlis, donnant à ses religieux l'exemple de toutes les vertus, spécialement de l'innocence et de la mortification...
Sur ces entrefaites, il arriva que l'église de Bourges, veuve de son pasteur, était divisée par le choix qu'il fallait faire d'un archevêque... Investi, bien malgré lui, des insignes épiscopaux, Guillaume se soumit à la charge, non à l'honneur, de la dignité qui lui était conférée, et pratiqua, comme par le passé, l'humilité, la mortification, la piété, le zèle, la miséricorde... Ce saint presque toujours gai et joyeux, ce qui déplaisait à l'austérité de certains, se montrait sociable et aimable... 

site internet du diocèse de Bourges
Saint Guillaume mourut le 10 janvier 1209 d’un refroidissement contracté dans la cathédrale au cours d’une prédication.
À Bourges, en 1209, saint Guillaume, évêque. Brûlant du désir de la solitude et de la méditation, il devint moine cistercien à Pontigny, puis abbé de Châlis, enfin promu à l’évêché de Bourges, il ne relâcha en rien l’austérité de sa vie ni ne changea d’habit et se distingua par sa charité à l’égard du clergé, des captifs et des miséreux.
Martyrologe romain


Revenir en haut Aller en bas
belleange
Admin
avatar

Nombre de messages : 12082
Date d'inscription : 07/12/2006

MessageSujet: Re: janvier 2018   Mer 10 Jan - 12:38

merci violette


Revenir en haut Aller en bas
belleange
Admin
avatar

Nombre de messages : 12082
Date d'inscription : 07/12/2006

MessageSujet: Re: janvier 2018   Jeu 11 Jan - 6:06



Revenir en haut Aller en bas
belleange
Admin
avatar

Nombre de messages : 12082
Date d'inscription : 07/12/2006

MessageSujet: Re: janvier 2018   Ven 12 Jan - 6:08



Revenir en haut Aller en bas
violette64
Admin
avatar

Nombre de messages : 4884
Date d'inscription : 05/07/2014

MessageSujet: Re: janvier 2018   Ven 12 Jan - 11:45

[size=30]Sainte Tatiana de Rome[/size]

martyre (✝ 226)

ou Tatienne.
Fille d'un consul romain et dénoncée comme chrétienne, elle fut condamnée à être suspendue à une potence, le corps labouré et mis à nu avec des peignes de fer. Les bourreaux l'outragèrent en lui tondant la chevelure et finalement elle fut décapitée.


Revenir en haut Aller en bas
belleange
Admin
avatar

Nombre de messages : 12082
Date d'inscription : 07/12/2006

MessageSujet: Re: janvier 2018   Sam 13 Jan - 8:45



Revenir en haut Aller en bas
violette64
Admin
avatar

Nombre de messages : 4884
Date d'inscription : 05/07/2014

MessageSujet: Re: janvier 2018   Sam 13 Jan - 11:56

[size=30]Sainte Yvette[/size]

recluse à Huy (✝ 1228)

Ivette ou Jutte.
Née à Huy dans la principauté de Liège (actuellement province de Liège) en 1158, vénérée dans cette région.
Mariée à treize ans, mère de 3 enfants dont 1 mort en bas âge, veuve à dix-huit ans, elle vécut trente ans recluse dans une cellule accolée à l'église de Huy en Belgique, priant Dieu et soignant les lépreux.
À Huy près de Liège, en 1228, la bienheureuse Jutte, veuve, qui se consacra à soigner les lépreux et finit sa vie près d’eux, en recluse.
Martyrologe romain


Revenir en haut Aller en bas
belleange
Admin
avatar

Nombre de messages : 12082
Date d'inscription : 07/12/2006

MessageSujet: Re: janvier 2018   Dim 14 Jan - 7:34



Revenir en haut Aller en bas
violette64
Admin
avatar

Nombre de messages : 4884
Date d'inscription : 05/07/2014

MessageSujet: Re: janvier 2018   Dim 14 Jan - 12:26

[size=30]Sainte Nino[/size]

Vénérée en Géorgie (4ème s.)

Nina, Ninon, Christine ou Chrétienne. 
Les Eglises d'Orient la fêtent aujourd'hui. L'Eglise en Occident en fait mémoire aujourd'hui également et la célèbre le 15 décembre. Nous connaissons sa vie par l'écrivain ecclésiastique Rufin qui donna quelques détails sur la conversion de l'Ibérie, région intérieure de l'actuelle Géorgie. Une jeune captive chrétienne, dont on ignore le pays d'origine, devenue esclave à la cour royale de Mzkhéta, non loin de Tbilissi, garde toute sa foi auprès du roi Mirian. Plus que sa grande beauté, c'est son inlassable charité qui la fait aimer et respecter. Ayant obtenu par ses prières la guérison d'un enfant, elle est appelée auprès de la reine Nana qui se meurt. Elle lui rend la santé. Quand le roi veut la récompenser, elle lui dit préférer sa conversion. Le roi en laisse d'abord le soin à sa femme. A quelque temps de là, il demandera à l'archevêque de Constantinople de lui envoyer un évêque pour évangéliser le royaume. 
Sainte Nino se retire dans la région de Bobdé où, dès le IVe siècle, fut construite une cathédrale. 
A Mzekhéta un petit oratoire rappelle aujourd'hui encore ce baptême de la Géorgie. 
Au martyrologe romain au 14 janvier: Au pays des Ibères au delà du Pont Euxin, au IVe siècle, sainte Ninon. Captive chrétienne, elle acquit, par la sainteté de sa vie, un tel respect et admiration de tous qu’elle attira la reine elle-même, dont le fils en bas âge avait retrouvé la santé grâce à ses prières, le roi et tout le peuple, à la foi du Christ.
Martyrologe romain


Revenir en haut Aller en bas
belleange
Admin
avatar

Nombre de messages : 12082
Date d'inscription : 07/12/2006

MessageSujet: Re: janvier 2018   Lun 15 Jan - 6:12



Revenir en haut Aller en bas
violette64
Admin
avatar

Nombre de messages : 4884
Date d'inscription : 05/07/2014

MessageSujet: Re: janvier 2018   Lun 15 Jan - 12:11

[size=30]Saint Remi[/size]

Evêque de Reims (✝ 530)

Au propre de France, Rémi est fêté le 15 janvier (dies natalis).
Au propre du diocèse de Reims, il est fêté le 1er octobre, jour de la "translation" des reliques pour y être vénéré par les rémois à l'emplacement où s'élèvera l'actuelle basilique (attesté dès 585 - installation d'un monastère vers 750-760).
 
Issu d'une grande famille gallo-romaine de la région de Laon, il avait pour mère sainte Céline. A 22 ans, il est choisi comme évêque de Reims et son activité missionnaire s'étend jusqu'à la Belgique. Il fonde les diocèses de Thérouanne, Laon et Arras, crée tout un réseau d'assistance pour les pauvres et joue un rôle de médiateur auprès des Barbares. Quand le chef franc Clovis prend le pouvoir, saint Rémi lui envoie un message "Soulage tes concitoyens, secours les affligés, protège les veuves, nourris les orphelins." 
La reine sainte Clotilde, tout naturellement, se tournera vers saint Rémi et vers un autre évêque contemporain, saint Vaast, pour acheminer le roi vers la foi. Après le baptême de Reims, saint Rémi restera, jusqu'à sa mort, l'un des conseillers écoutés du roi et sera l'un des artisans, en Gaule, du retour à la vérité catholique des Burgondes après le bataille de Dijon et des Wisigoths à Vouillé, deux populations contaminées par l'arianisme. 
site du diocèse de Reims.
Au 13 janvier au martyrologe romain: À Reims, vers 530, la naissance au ciel de saint Remi, évêque, qui, après avoir lavé le roi Clovis dans la fontaine baptismale et l’avoir initié aux sacrements de la foi, il convertit au Christ le peuple des Francs. Il quitta cette vie, célèbre par sa sainteté après plus de soixante ans d’épiscopat. (En France, sa mémoire est célébrée le 15, jour de sa mise au tombeau.)
Martyrologe romain


Revenir en haut Aller en bas
belleange
Admin
avatar

Nombre de messages : 12082
Date d'inscription : 07/12/2006

MessageSujet: Re: janvier 2018   Mar 16 Jan - 6:12



Revenir en haut Aller en bas
violette64
Admin
avatar

Nombre de messages : 4884
Date d'inscription : 05/07/2014

MessageSujet: Re: janvier 2018   Mar 16 Jan - 10:21

[size=30]Saint Marcel[/size]

Diacre martyrisé à Chalon sur Saône (✝ 177)

Martyrisé à Chalon sur Saône, sous l'empereur Antonin. Un monastère clunysien s'établit par la suite sur son tombeau. 
Son martyre: le Saint est enterré vivant, les mains liées, prés des arbres auxquels on l'a attaché auparavant pour disloquer ses membres. 
Ses reliques sont conservées dans un ossuaire dans l'église St Marceau à Orléans. Il est vénéré dans ce quartier d'Orléans depuis l'an 584.
Un internaute nous signale que les reliques de Saint Marcel se trouvent dans une châsse en or dans l'église de 71380 Saint Marcel.
"Les actes du martyre de Saint Marcel relatent que, fuyant Lyon et les persécutions, Saint Marcel et Saint Valérien remontent la Saône. A Tournus, Saint Marcel remonte la rivière et entre dans le pays Séquanais. Convertissant de nombreuses personnes dans la contrée, Saint Marcel est emprisonné, torturé, livré aux flammes avant d’être enterré jusqu’à la ceinture: il agonise trois jours durant et meurt le 4 Septembre 177. La dépouille du persécuté est recueillie par les nouveaux convertis et pieusement ensevelie: la tombe de Saint Marcel devient un des foyers de la piété populaire...
L’église de Saint-Marcel a été honorée par la visite de deux Papes. En l’an de Grâce 879 Jean VIII a canonisé en l’église les Saints Evêques de Chalon... Le samedi Saint 13 Avril 1805, Pie VII y est venu visiter les reliques de Saint Marcel et Saint Agricole et a béni le maître-autel.
(Voir aussi le site de la commune Saint-Marcel 71380)
À Chalon-sur-Saône, au IIIe ou IVe siècle, saint Marcel, martyr.
Martyrologe romain


Revenir en haut Aller en bas
belleange
Admin
avatar

Nombre de messages : 12082
Date d'inscription : 07/12/2006

MessageSujet: Re: janvier 2018   Mer 17 Jan - 6:15



Revenir en haut Aller en bas
violette64
Admin
avatar

Nombre de messages : 4884
Date d'inscription : 05/07/2014

MessageSujet: Re: janvier 2018   Mer 17 Jan - 12:26

[size=30]Sainte Roseline de Villeneuve[/size]

Chartreuse en Provence (✝ 1329)

ou sainte Roseline des Arcs.
Prieure de la chartreuse de Celle Roubaud dans le diocèse de Fréjus en Provence. Elle fut favorisée de phénomènes mystiques. Son culte fut confirmée en 1851.
La famille de Villeneuve, installé sur le fief des Arcs, Trans et la Motte, vers 1200, par le comte de Provence règne sur ce territoire pendant quatre siècles.
Fille de Giraud II de Villeneuve, Roseline naît aux Arcs en 1263. En période de disette, elle distribue les vivres de la famille aux pauvres. Surprise par son père, lorsqu’elle ouvre son tablier, les vivres se transforment en roses. A 16 ans, Roseline entre en religion chez les Chartreusines, fit son noviciat à Prébayon, couvent de Saint-André de Ramière, près du Mont Ventoux, puis à l’abbaye de Bertaud (Gap) où elle prononce ses vœux. Elle rejoint sa tante Jeanne à l’abbaye de la Celle-Roubaud, sept ans après le début de son noviciat, puis elle lui succède à son décès comme prieure.
Vivant dans la piété et la pénitence, elle sera toujours attentive aux pauvres et aux malades qui venaient chercher aide et soulagement. La population la considère sainte dès son vivant.
Après avoir renoncé à sa charge de prieure pour mener une vie plus effacée, elle mourut le 17 janvier 1329....


Revenir en haut Aller en bas
belleange
Admin
avatar

Nombre de messages : 12082
Date d'inscription : 07/12/2006

MessageSujet: Re: janvier 2018   Hier à 6:13



Revenir en haut Aller en bas
violette64
Admin
avatar

Nombre de messages : 4884
Date d'inscription : 05/07/2014

MessageSujet: Re: janvier 2018   Hier à 11:57

Prisca la Romaine


[th]Naissance[/th][th]Décès[/th][th]Nationalité[/th][th]Béatification[/th][th]Vénéré par[/th]
Sainte Prisca

Santa Prisca
Inconnue ier siècle
Inconnue ier siècle 
Rome
 Italienne
16301
l'Église catholique romaine
[size][ltr]
Prisca la Romaine ou Santa Prisca (Sainte Prisca) ou Priscilla était, selon la tradition catholique qui voit en elle une sainte, une jeune romaine, femme de Aquila martyriséesous l'empereur Claude au ier siècle.[/ltr][/size]


Revenir en haut Aller en bas
belleange
Admin
avatar

Nombre de messages : 12082
Date d'inscription : 07/12/2006

MessageSujet: Re: janvier 2018   Aujourd'hui à 6:20



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: janvier 2018   

Revenir en haut Aller en bas
 
janvier 2018
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Janvier 2018] Glossybox     
» Reportage infrarouge 16 janvier 2018
» Les couveuses du 1er au 7 janvier 2018
» Thème du mois- Janvier 2018
» Loi n° 78-17 du 6 Janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
club des anges :: L'éphéméride-
Sauter vers: