club des anges

Discussion générale en toute simplicité
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 decembre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
belleange
Admin
avatar

Nombre de messages : 12507
Date d'inscription : 07/12/2006

MessageSujet: decembre   Ven 1 Déc - 6:35



Revenir en haut Aller en bas
violette64
Admin
avatar

Nombre de messages : 5220
Date d'inscription : 05/07/2014

MessageSujet: Re: decembre   Ven 1 Déc - 12:21

[size=30]Sainte Florence[/size]

Convertie par saint Hilaire, recluse à Comblé (✝ 367)

Elle consacra sa virginité sous l'autorité et sous la direction de saint Hilaire de Poitiers
Sainte Florence, fille spirituelle de Saint-Hilaire, qui l'avait suivi depuis la Phrygie, a vécu en ermite à Comble (commune de Celle-Lévescault) qui devint lieu de pèlerinage au cours des siècles. (paroisse Sainte-Florence-en-Poitou)
Ses reliques se trouvent à Celle l'Evescault-86 (église romane, chapelle dédiée à Sainte-Florence de Comblé) sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle.
Elle figure sur un vitrail de l'église Saint-Nicolas de Moncontour du diocèse de Poitiers.
"La tradition dit que saint Hilaire (303-367) prenait ses quartiers à Celle-l’Evescault où il avait de vastes propriétés, et où il bâtit un monastère. Sur sa propriété de Comblé, village à l’est de la commune, saint Hilaire aurait proposé à sainte Florence de se retirer pour vivre en ermite, après l’avoir consacrée à Dieu. Cette jeune fille avait suivi l’évêque Hilaire depuis la Phrygie (Turquie actuelle) où il avait été déporté par l’Empereur. Florence mena à Comblé une vie de sainteté, dans la prière et la mortification et elle mourut à l’âge de 29 ans." (source: Pèlerinage à Comblé, sur le tombeau de sainte Florence - Fondation Européenne pour la recherche sur les pèlerinages)
À Poitiers, après 360, sainte Florence, vierge, qui fut convertie au vrai Dieu par l’évêque saint Hilaire quand il était exilé en Asie et qui le suivit quand il revint vers les siens.
Martyrologe romain


Revenir en haut Aller en bas
belleange
Admin
avatar

Nombre de messages : 12507
Date d'inscription : 07/12/2006

MessageSujet: Re: decembre   Sam 2 Déc - 7:20



Revenir en haut Aller en bas
violette64
Admin
avatar

Nombre de messages : 5220
Date d'inscription : 05/07/2014

MessageSujet: Re: decembre   Sam 2 Déc - 12:07

Sainte Viviane, vierge et martyre

Publié le 02/12/2014 à 17:56 par laportetroite


Ô vierge très prudente, viviane ! Vous avez traversé sans faiblir la longue veille de cette vie ; et l’huile ne manquait pas à votre lampe, quand soudain l’Époux est arrivé. Vous voici maintenant, pour l’éternité, dans le séjour des noces éternelles, où le Bien-Aimé paît au milieu des lis. Du lieu de votre repos, souvenez-vous de ceux qui vivent encore dans l’attente de ce même Époux dont les embrassements éternels vous sont réservés pour les siècles des siècles. Nous attendons la Naissance du Sauveur du monde, qui doit être la fin du péché et le commencement de la justice ; nous attendons la venue de ce Sauveur dans nos âmes, afin qu’il les vivifie et qu’il se les unisse par son amour ; nous attendons enfin le Juge des vivants et des morts.


Revenir en haut Aller en bas
belleange
Admin
avatar

Nombre de messages : 12507
Date d'inscription : 07/12/2006

MessageSujet: Re: decembre   Dim 3 Déc - 6:33



Revenir en haut Aller en bas
violette64
Admin
avatar

Nombre de messages : 5220
Date d'inscription : 05/07/2014

MessageSujet: Re: decembre   Dim 3 Déc - 8:29

[size=30]Saint François-Xavier[/size]

jésuite missionnaire (✝ 1552)

Sixième enfant de Jean de Jassi, famille de grande noblesse et de petites ressources, il naît en 1506, au château de Xavier près de Pampelune.
Il quitte la Navarre pour faire ses études à l'Université de Paris. Il conquiert brillamment ses grades et reçoit une chaire au Collège de Beauvais. A Paris, il partage sa chambre avec un étrange étudiant, âgé de 40 ans, Ignace de Loyola. Au début, François-Xavier supporte mal celui que la pauvreté oblige à résider avec lui. Longtemps il résiste à l'ardeur évangélique de ce nouveau converti, homme de feu, qui répète: «Que sert à l’homme de gagner l’univers, s’il vient à perdre son âme?» 
Conquis, lui aussi, ils prononcent ensemble des vœux, le 15 août 1534 et fondent la Compagnie de Jésus, les «Jésuites».
Lorsque le Pape demande des missionnaires pour l'Inde, François Xavier dit simplement: "Eh bien, me voici!" En 1541, il part pour Goa, ville portugaise, qu’il ramène à la Foi. Pendant une dizaine d'années, il travaille à la conversion des Paravers, pêcheurs de perles, près de Ceylan. Son ardeur et les nombreux miracles ont un succès extraordinaire. Pour porter plus loin l’Évangile, il s’adresse plus difficilement aux Musulmans des îles Moluques, puis fonde les premières communautés chrétiennes au Japon (Histoire de l'Eglise catholique au Japon - 1543 1944 - Conférence épiscopale japonaise - site en anglais et en japonais). Son désir de faire connaître Jésus-Christ est si grand qu'il projette d'aller en Chine, mais il meurt, le 2 décembre, à l’île Sancian, en vue de la côte chinoise.
Canonisé en 1622, il est avec Sainte Thérèse de Lisieux, patron des missions.
Voir aussi sur le site des Jésuites de la Province de France.
Il faisait partie des Saints patrons des JMJ de Madrid. 
Mémoire de saint François Xavier, prêtre de la Compagnie de Jésus, évangélisateur des Indes. Né en Navarre, il fut à Paris l’un des premiers compagnons de saint Ignace. Poussé par l’ardeur de répandre l’Évangile, il se dépensa sans compter pour annoncer le Christ à des peuples innombrables en Inde, dans les Moluques et d’autres îles, et de là au Japon, convertissant beaucoup à la foi. Enfin, consumé par la maladie et les travaux, il mourut sur l’île de Sancian, aux portes de la Chine, en 1552.
Martyrologe romain


Revenir en haut Aller en bas
belleange
Admin
avatar

Nombre de messages : 12507
Date d'inscription : 07/12/2006

MessageSujet: Re: decembre   Lun 4 Déc - 6:35



Revenir en haut Aller en bas
violette64
Admin
avatar

Nombre de messages : 5220
Date d'inscription : 05/07/2014

MessageSujet: Re: decembre   Lun 4 Déc - 11:45

[size=30]Sainte Barbara[/size]

Vierge et martyre (✝ 235)

 Barbara, illustre martyre de Nicomédie dont le culte fut largement répandu dès le Ve siècle tant en Orient qu'en Occident. 
Sa vie est surtout faite de traditions pour ne pas dire de légendes. Son bourreau aurait été frappé par la foudre d'où l'origine de la dévotion populaire qui l'invoque contre les dangers d'une mort subite provoquée par le feu ou l'électricité. 
Il semble que cette barbare (Barbara) fut introduite dans le cirque de Nicomédie sans que les spectateurs, parmi lesquels se trouvaient des chrétiens, ne connaissent son nom. Sommée une dernière fois de sacrifier l'encens à l'empereur, elle refusa. Quand les chrétiens vinrent demander son corps, ils ne purent la nommer que "une jeune femme barbare", Barbara. 
Il en est d'ailleurs de même pour beaucoup d'autres martyrs: René (rené par le baptême), Christian (un chrétien), Christophe (un porte-Christ) etc..  
Selon une autre légende, comme elle était d'une grande beauté, son père l'enferme dans une tour. Elle y devient chrétienne. Pour cela, son père la décapite lui-même, mais il meurt aussitôt foudroyé.


Revenir en haut Aller en bas
belleange
Admin
avatar

Nombre de messages : 12507
Date d'inscription : 07/12/2006

MessageSujet: Re: decembre   Mar 5 Déc - 6:38



Revenir en haut Aller en bas
violette64
Admin
avatar

Nombre de messages : 5220
Date d'inscription : 05/07/2014

MessageSujet: Re: decembre   Mar 5 Déc - 11:40

[size=30]Saint Gérald[/size]

Archevêque de Braga (✝ 1109)


Originaire du Quercy, il était moine dans l'abbaye de Moissac. C'est là que l'évêque de Tolède, Bernard, admirant la beauté des chants liturgiques, vint le chercher, lui demandant de rénover la musique liturgique à Tolède. Saint Gérald y réussit aussi bien qu'à Moissac. Sa réputation en fit un évêque de Braga au nord du Portugal dont il poursuivit l'évangélisation après une période de déchristianisation due à la présence des Maures.
En portugais:
S. Geraldo – Padroeiro da Cidade de Braga - diocèse de Braga
Dia de São Geraldo (ville de Braga dont il est le saint patron) 
À Braga au Portugal en 1109, saint Gérald, évêque. Après avoir été moine et abbé de Moissac, il fut avant tout pasteur en restaurant le culte divin, en construisant des églises, en rétablissant la discipline ecclésiastique, et mourut à Bornos en visite pastorale dans une région éloignée de son diocèse.

Martyrologe romain


Revenir en haut Aller en bas
belleange
Admin
avatar

Nombre de messages : 12507
Date d'inscription : 07/12/2006

MessageSujet: Re: decembre   Mer 6 Déc - 6:50



Revenir en haut Aller en bas
violette64
Admin
avatar

Nombre de messages : 5220
Date d'inscription : 05/07/2014

MessageSujet: Re: decembre   Mer 6 Déc - 12:14

[size=30]Saint Nicolas de Myre[/size]

Evêque de Myre (✝ v. 350)

Nous ne savons que peu de choses de lui. Il naquit en Asie Mineure, devint évêque de Myre et, à ce titre, il assiste et souscrit au concile de Nicée en 325. Par contre, sa vie posthume est beaucoup plus riche, grâce aux légendes sans doute fondées sur la réputation de sa bonté envers les pauvres et les enfants. Son tombeau devient un lieu de pèlerinage, d'abord à Myre, puis à Bari en Italie où ses reliques furent transportées au XIe siècle pour les protéger des Musulmans. Chaque année, des délégations des Églises orthodoxes, particulièrement de Russie, viennent se joindre au pèlerinage des catholiques latins, en une rencontre œcuménique significative. Le "bon saint Nicolas" est invoqué aussi bien en Orient où il est le patron des Russes, qu'en Occident où il est le patron des enfants et, si l'on peut parler ainsi, l'ancêtre du Père Noël. 
Il est fêté le 9 mai par les Églises d'Orient.
Un internaute nous signale: "St Nicolas honoré en Lorraine est aussi le protecteur des filles à marier et des prisonniers. Deux épisodes de sa légende: l'un explique qu'il fournit secrètement une dot à trois sœurs dont le père trop pauvre ne pouvait les marier, l'autre rapporte qu'il exauça les prières du seigneur de Réchicourt (actuelle Moselle), prisonnier en Terre Sainte depuis des années, qui se retrouva miraculeusement libéré de ses chaînes sur le parvis de la basilique à St Nicolas de Port (Meurthe-et-Moselle)."
L'évêché de Metz nous signale: "La fête de St Nicolas de Smyrne est une fête obligatoire pour toute la Lorraine: il est son saint patron. Le diocèse de Nancy possède la Basilique St Nicolas de Port qui abrite des reliques rapportées par le chevalier Aubert de Bari. Le diocèse de Metz compte 36 églises ou chapelles de ce patronyme."
Nicolas fut évêque de Myre (Asie Mineure) dans la première moitié du IVe siècle. Au VIe siècle, une église à son nom abritait son tombeau. Mais, en 1087, des marins de Bari s’emparèrent de ses reliques et les emportèrent dans leur ville qui est devenue le centre de son culte. A la même époque, le chevalier Aubert, de Port, près de Nancy, rapporta d’un voyage à Bari une relique du saint. Dans cette localité, qui prit plus tard le nom de Saint-Nicolas-de-Port, plusieurs églises furent construites successivement jusqu’à la belle basilique actuelle où viendront, nombreux, les pèlerins à l’exemple de Jeanne-la- Lorraine.
Dans le diocèse de Metz, trente-six églises ou chapelles portent le titre de saint Nicolas. La plus célèbre est celle de Munster. 
Mémoire de saint Nicolas, évêque de Myre en Lycie au IVe siècle, célèbre en Occident comme en Orient, car Dieu récompensa par de nombreux miracles sa charité et son zèle apostolique.
Martyrologe romain


Revenir en haut Aller en bas
belleange
Admin
avatar

Nombre de messages : 12507
Date d'inscription : 07/12/2006

MessageSujet: Re: decembre   Jeu 7 Déc - 5:12



Revenir en haut Aller en bas
violette64
Admin
avatar

Nombre de messages : 5220
Date d'inscription : 05/07/2014

MessageSujet: Re: decembre   Jeu 7 Déc - 11:52

[size=30]Saint Ambroise de Milan[/size]

Evêque et Docteur de l'Eglise (✝ 397)

Cet avocat célèbre avait une si grande personnalité qu'il devint gouverneur de la province de Milan. Il découvre alors Jésus-Christ. Il n'est encore que catéchumène lorsque, de passage dans sa ville, il est élu évêque par acclamation du peuple. Il est alors immédiatement baptisé, ordonné prêtre, consacré évêque en peu de temps. Saint Ambroise est un véritable évêque, soucieux de la rectitude de la foi et de la paix sociale. Ses relations avec les empereurs successifs (qui favorisent tantôt les catholiques, tantôt les hérétiques ariens) sont mouvementées. En 390, l'empereur Théodose fait massacrer toute une partie de la population de Thessalonique pour arrêter des émeutes. Pour cette raison, saint Ambroise lui refusera l'accès de son église à Milan, exigeant qu'il se soumette d'abord à la pénitence publique de l'Église. L'empereur, subjugué, obéit et, après des mois de pénitence, Théodose ne communie plus dans le sanctuaire avec les prêtres (selon le privilège impérial), mais au milieu des laïcs.
Saint Augustin doit, en partie à saint Ambroise, sa conversion, car il épiait ses sermons en cachette, écoutait sa pensée, admirait la parole de ce grand orateur. Saint Ambroise avait un grand souci de belles liturgies. Il introduisit dans l'Église latine l'usage grec de chanter des hymnes qui étaient à la fois des prières, des actions de grâce et des résumés du dogme. Il en composa plusieurs que nous chantons encore aujourd'hui "Aeterne rerum Conditor" - "Dieu créateur de toutes choses".  
Illustration: Saint Ambroise de Milan, mosaïque du Ve siècle dans la Basilique de Milan (Institut des Sources Chrétiennes)
Patron des apiculteurs, il est parfois représenté avec une ruche en paille tressée.
C'est évidemment d'abord à la sagesse et à l'autorité de l'administrateur, sans doute aussi à son sens pédagogique (il fut "l'inventeur" du chant populaire liturgique pour aider à la prière et à la mémorisation des vérités de foi) que se réfère le corps administratif et technique des armées en choisissant saint Ambroise comme saint protecteur. (Diocèse aux Armées françaises)
Un portrait de saint Ambroise de Milan.
Celui qui est considéré comme un des plus grands Pères de l'Église (339-397) fut initié aux études bibliques par Origène. "Il a transposé dans le contexte culturel latin -a expliqué le Pape- la méditation de l'Ecriture, inaugurant en occident la Lectio Divina, qui inspira sa prédication et son œuvre, toute orientée sur l'écoute" de la Parole divine.
Il enseigna tout d'abord aux catéchumènes "l'art de vivre bien afin d'être bien préparés aux grands mystères christiques". Sa prédication partant "de la lecture des Livres sacrés pour vivre en conformité à la Révélation".
"Il est évident -a précisé le Saint-Père- que le témoignage personnel du prédicateur et son exemple pour la communauté conditionnent l'efficacité de sa démarche. C'est pourquoi le mode de vie et la réalité de la Parole vécue sont déterminants".
Puis Benoît XVI a rappelé le témoignage de saint Augustin dont la conversion fut le fruit des "belles homélies" d'Ambroise entendues à Milan, mais aussi "du témoignage qu'il donnait et de celui de l'Église milanaise qui ne faisaient qu'un en priant et chantant d'une seule voix". L'Évêque d'Hippone raconte également sa surprise de voir Ambroise lire mentalement en privé les Écritures, "alors qu'à l'époque leur lecture devait être faite à voix haute afin d'en faciliter la compréhension".
Dans ce mode de lecture, a souligné le Pape, "où le cœur s'efforce de comprendre la Parole de Dieu, on entrevoit la méthode catéchistique de saint Ambroise. Complètement assimilée, l'Écriture suggère les contenus à diffuser en vue de la conservation des cœurs... De fait, la catéchèse est inséparable du témoignage de vie".
"Qui éduque dans la foi ne saurait courir le risque de sembler un acteur interprétant un rôle". Le prédicateur doit, "à l'exemple de Jean, appuyer sa tête sur le cœur de son maître, adoptant son mode de pensée, de parler et d'agir".
Ambroise de Milan mourut la nuit du Vendredi Saint les bras en croix, "exprimant dans cette attitude sa participation mystique à la mort et à la résurrection du Seigneur. Ce fut là son ultime catéchèse". Sans paroles et dans le silence des gestes il continua de témoigner.
Source: VIS 071024 (390) le 24 octobre 2007, Benoît XVI durant l'audience générale.
Le 7 décembre, mémoire de saint Ambroise, évêque de Milan et docteur de l’Église. Il s’endormit dans le Seigneur le 4 avril 397 dans la nuit sainte de Pâques, mais on l’honore principalement en ce jour, où, encore catéchumène, il fut, en 374, appelé à gouverner ce siège célèbre, alors qu’il exerçait la fonction de préfet de la cité. Vrai pasteur et docteur des fidèles, il mit la plus grande énergie à exercer la charité envers tous, à défendre la liberté de l’Église et à enseigner la doctrine de la vraie foi contre les ariens et enseigna au peuple la piété par ses commentaires de la Bible et les hymnes qu’il composa.
Martyrologe romain


Revenir en haut Aller en bas
belleange
Admin
avatar

Nombre de messages : 12507
Date d'inscription : 07/12/2006

MessageSujet: Re: decembre   Ven 8 Déc - 6:35



Revenir en haut Aller en bas
violette64
Admin
avatar

Nombre de messages : 5220
Date d'inscription : 05/07/2014

MessageSujet: Re: decembre   Ven 8 Déc - 12:09

[size=35]La fête de l’Immaculée Conception[/size]

 

 

Le 8 décembre marque la fête de l’Immaculée Conception. La célébration de l’Immaculée Conception de la Vierge Marie – située dans les premiers jours de la nouvelle année liturgique et du temps de l’Avent – nous rappelle la destinée unique de cette femme juive, choisie par Dieu. Pour la foi chrétienne, Marie est indissociable de l’enfant qu’elle a porté, Jésus, en qui s’est totalement manifesté le Dieu vivant. Elle est appelée, depuis le concile d’Éphèse (431), « Mère de Dieu ». Selon la tradition catholique, depuis le dogme promulgué par le pape Pie IX, le 8 décembre 1854, elle est déclarée préservée du péché originel dès sa naissance.

[size=32]Pourquoi un dogme ?[/size]

Un dogme est une vérité de foi solennellement proclamée par le Pape pour être accueillie par l’Église. Ainsi, le 8 décembre 1854, dans la Bulle Ineffabilis Deus, le pape Pie IX déclarait : « Nous déclarons, prononçons et définissons que la doctrine qui tient que la bienheureuse Vierge Marie a été, au premier instant de sa conception, par une grâce et une faveur singulière du Dieu tout puissant, en vue des mérites de Jésus Christ, Sauveur du genre humain, préservée intacte de toute souillure du péché originel, est une doctrine révélée de Dieu, et qu’ainsi elle doit être crue fermement et constamment par tous les fidèles ».
En d’autres termes, pour accueillir le Fils de Dieu, Marie ne pouvait avoir en son coeur aucune trace d’hésitation ou de refus. Dieu avait besoin que le don de son amour rencontre une foi parfaitement pure, une âme sans péché. Seule la grâce (le don gratuit de Dieu) pouvait ainsi la préparer, et elle en est comblée (Évangile selon saint Luc, chapitre 1). Comme un fruit anticipé du pardon offert par Jésus sur la croix, Marie (qui a été beteçue normalement, par l’union de son père et de sa mère) est immaculée, pure de tout péché, et préservée de cette séparation d’avec Dieu qui marque l’homme dès le début de son existence, le péché originel.
« Pour la plupart des gens, « l’immaculée conception » voudrait dire que Marie est devenue mère, a beteçu Jésus, par l’action de l’Esprit Saint, sans relation conjugale. Comme si la relation conjugale était, par elle-même, un péché. Ce n’est pas du tout ce que dit la foi chrétienne. Si le mariage était un péché, il ne pourrait être un sacrement […] rappelle Mgr Jacques Perrier, évêque émérite de Tarbes et Lourdes. » Que voulait dire Pie IX ? Que fête l’Église catholique le 8 décembre ?


Revenir en haut Aller en bas
belleange
Admin
avatar

Nombre de messages : 12507
Date d'inscription : 07/12/2006

MessageSujet: Re: decembre   Sam 9 Déc - 7:24



Revenir en haut Aller en bas
violette64
Admin
avatar

Nombre de messages : 5220
Date d'inscription : 05/07/2014

MessageSujet: Re: decembre   Sam 9 Déc - 12:14

[size=30]Saint Pierre Fourier[/size]

Prêtre à Gray, en Franche-Comté (✝ 1640)

Fils d'un marchand lorrain, il fit de bonnes études. A vingt ans, il entra chez les Chanoines Réguliers de Saint Augustin. Prêtre, il récusa la charge de professeur de théologie pour devenir curé d'une petite commune où dominent les protestants au point qu'on appelait sa paroisse de Mattaincourt, "la petite Genève". Mais cela ne le décourageait pas. Il réorganise sa paroisse, fonde une caisse de secours mutuel pour venir en aide aux plus pauvres, crée une association pour l'éducation des filles, association qui deviendra la Congrégation Notre-Dame, animée par Alix Le Clerc à partir de 1628. Il se voit confier la réforme des Chanoines de Saint Augustin dont il devient le supérieur général. Pendant le même temps, il parcourt la région pour prêcher, passe ses nuits à écrire des lettres. En 1636, Richelieu l'exile en Franche-Comté où il terminera ses jours. 
Né à Mirecourt le 30 novembre 1565, brillant étudiant à l’université de Pont-à-Mousson, chanoine régulier à Chaumousey, il est ordonné prêtre le 25 février 1589 à Trèves.
Il réforme son abbaye puis devient curé de Mattaincourt pendant 30 ans, mettant en pratique sa devise : "Ne nuire à personne, être utile à tous".
Avec Alix Leclerc il fonde en 1597 la Congrégation des Chanoinesses de Notre Dame pour l’éducation chrétienne des jeunes filles.
Il meurt en exil à Gray le 9 décembre 1640. Béatifié le 29 janvier 1730, il est canonisé par Léon XIII le 27 mai 1897. Son corps est conservé en l’église paroissiale de Mattaincourt, il est le patron et le modèle des prêtres vosgiens. (diocèse de Saint-Dié)
Pierre Fourier naquit à Mirecourt, dans les Vosges, le 30 novembre 1565. A l’âge de vingt ans, il entra chez les chanoines réguliers de Chaumouzez. Comme curé de Mattaincourt, il régénéra entièrement cette paroisse, grâce à son zèle pastoral et à l’exemple de ses grandes vertus. Il fonda la congrégation des Chanoinesses régulières de Notre-Dame, destinée à l’éducation des jeunes filles. Il introduisit aussi la réforme chez les chanoines réguliers. C’est à Gray qu’il mourut le 9 décembre 1640. Son corps repose dans l’église paroissiale de Mattaincourt. (Source: Diocèse de Metz)
Des internautes nous signalent:
- "Saint Pierre Fourier était curé de Mattaincourt en Lorraine. Il est né à Mirecourt, à côté de Mattaincourt (actuellement département des Vosges). C'est un fidèle Lorrain comme il a été fidèle à Notre Seigneur. C'est pour sanctionner cette fidélité au duc de Lorraine que Richelieu l'a exilé à Gray en Franche Comté en 1636. Il est resté environ 40 ans curé dans cette petite paroisse rurale de Lorraine parce que c'était son choix."
- "Pierre Fourier a plusieurs fois refusé d'être élevé à l'épiscopat. Il fait partie des grands saints du 17e siècle fondateurs de congrégation féminine comme François de Sales et Vincent de Paul."
- "Pierre Fourier n'était pas prêtre à Gray. Il y était en exil (la Franche-Comté étant alors terre espagnole) préférant être fidèle à son souverain légitime le duc de Lorraine plutôt que se soumettre au roi de France dont les armées occupaient sa patrie."
À Gray en Bourgogne, où il s’était retiré en exil, en 1640, le trépas de saint Pierre Fourier, prêtre. Il avait fait son choix de la paroisse misérable de Mattaincourt en Lorraine et il en fut un curé admirable; il restaura les Chanoines réguliers du Saint-Sauveur et fonda l’Institut des Chanoinesses régulières de Notre-Dame pour l’éducation gratuite des filles.
Martyrologe romain


Revenir en haut Aller en bas
belleange
Admin
avatar

Nombre de messages : 12507
Date d'inscription : 07/12/2006

MessageSujet: Re: decembre   Dim 10 Déc - 8:07



Revenir en haut Aller en bas
violette64
Admin
avatar

Nombre de messages : 5220
Date d'inscription : 05/07/2014

MessageSujet: Re: decembre   Dim 10 Déc - 8:52

[size=30]Saint Romaric[/size]

Fondateur de Remiremont (✝ 653)

Romary ou Remiré. 
Père de famille, ancien courtisan du roi d'Austrasie, Théodebert, il était "leude" de la cour de Metz, ce qui signifie qu'il avait un lien personnel de servitude avec cette cour. Il vit ses biens confisqués par les partisans de la cruelle reine Brunehaut. 
Lorsque les affaires changèrent de face, et revenu en grâce à la cour, il resta convaincu de l'instabilité des choses humaines et fut converti à la vie monastique par saint Aimé, disciple de saint Colomban, venu de Grenoble. 
Devenu moine à Luxeuil, dans les Vosges, il fonda avec lui à Saint-Mont un monastère double (moines au bas de la montagne, religieuses au sommet, monastère fondé par deux de ses filles.) qui s'appellera 'Romarici Mons' qui deviendra l'actuel Remiremont. C'est là qu'il mourra en 653. 
Voir aussi sur le site internet du diocèse de Saint-Diéle début de l'évangélisation du pays de Remiremont:
"Amé ou Aimé naît à Grenoble vers 570. Adolescent, il entre à l’abbaye de Saint-Maurice d’Agaune (Suisse). Il y vit pendant trente ans en moine exemplaire, puis se retire comme ermite dans une grotte. Saint Eustase le décide à l’accompagner à Luxeuil.
D’une mission prêchée à Metz, il ramène Romaric. Vers 620, Amé et Romaric gagnent le Mont Habend (futur Saint Mont). Sous la règle de Saint Colomban, ils y fondent deux monastères de moines et de moniales. 'La louange perpétuelle' est assurée par sept chœurs de religieuses. Amé en est le premier abbé.
Il meurt le 13 septembre 629. Romaric, devenu prêtre, lui succède. Il s’éteint à son tour le dimanche 8 décembre 653. Adelphe devient le 3e abbé. C’est le début de l’évangélisation du pays de Remiremont. Le 13 novembre 1049, le pape lorrain Saint Léon IX canonise les 'Corps Saints' par la translation de leurs reliques."
Au mont Hebend dans les Vosges, en 653, saint Romary, abbé. Proche du roi d’Austrasie Théodebert II, il se retira, après l’assassinat de celui-ci, au monastère de Luxeuil, puis il fonda un autre monastère sur son domaine, dont il fut le second abbé, après saint Amé.


Revenir en haut Aller en bas
belleange
Admin
avatar

Nombre de messages : 12507
Date d'inscription : 07/12/2006

MessageSujet: Re: decembre   Lun 11 Déc - 6:36



Revenir en haut Aller en bas
violette64
Admin
avatar

Nombre de messages : 5220
Date d'inscription : 05/07/2014

MessageSujet: Re: decembre   Lun 11 Déc - 11:51

[size=30]Saint Daniel le Stylite[/size]

Prêtre au Proche-Orient (✝ 489)

Originaire de l'Asie Mineure, il passera les trente-trois dernières années de sa vie sur une colonne, au bord du Bosphore, c'est-à-dire une petite plate-forme montée sur deux piliers et entourée d'une balustrade. Il exhortait les fidèles qui venaient à ses pieds et laissait monter ceux qui voulaient lui parler.
Illustration: Saint Daniel le Stylite d'après une enluminure du manuscrit 'le Ménologe de l'empereur Basile II'
À Constantinople, en 493, saint Daniel, prêtre, surnommé le Stylite. Après avoir vécu dans un monastère et supporté de nombreux travaux, il se tint en haut d’une colonne à la manière et à l’exemple de saint Siméon le Stylite et y demeura pendant trente-trois ans et trois mois jusqu’à sa mort, sans se laisser briser par la violence du froid, de la chaleur ou des vents.
Martyrologe romain


Revenir en haut Aller en bas
belleange
Admin
avatar

Nombre de messages : 12507
Date d'inscription : 07/12/2006

MessageSujet: Re: decembre   Mar 12 Déc - 6:37



Revenir en haut Aller en bas
violette64
Admin
avatar

Nombre de messages : 5220
Date d'inscription : 05/07/2014

MessageSujet: Re: decembre   Mar 12 Déc - 11:48

JEANNE-FRANÇOISE DE CHANTAL
Sainte Jeanne-Françoise de Chantal, mère de la Visitation
C’est en 1610, à Annecy, que Jeanne-Françoise de Chantal (1472 – 1641), sous la direction spirituelle de François de Sales, fonde l’ordre de la Visitation....
 
A 29 ans, Jeanne-Françoise de Chantal mène une existence heureuse : un mari aimant, quatre enfants, une bonne situation sociale... Elle est une femme comblée. Mais en 1601, un drame la frappe. Son mari est mortellement blessé à la chasse. Suit alors un douloureux veuvage.
 
Au cours du Carême, en 1604, Jeanne-Françoise de Chantal entend à Dijon le sermon de François de Sales, alors évêque de Genève-Annecy. L’homélie la touche profondément. De cette rencontre naîtra une amitié spirituelle féconde.
 
François de Sales devient le directeur spirituel de celle qui sera la fondatrice de l’ordre de la Visitation. Il trouve la réconforte et la guide sur le chemin de l’espérance. Il lui fait également part d’une intuition : fonder une famille religieuse basée sur la vie contemplative, ouverte à toutes les femmes, indépendamment de leur condition ou de leur état de santé.
 
Fondation
 
Le 6 juin 1610, la congrégation de la Visitation Sainte-Marie voit le jour à Annecy. Il s’agit d’un institut à vœux simples et clôture modérée : le service des malades est ainsi possible. Mais Mgr de Marquemont, archevêque de Lyon, n’accepte pas cette souplesse. Il exige que les Visitandines prononcent des vœux et soient cloîtrées.
 
Dans ces conditions, l’institut se développe rapidement. Il n’y a pas de supérieure générale (chaque monastère est autonome). Mais Jeanne-Françoise de Chantal joue un rôle central dans les fondations. On compte sur son esprit pratique. Et son autorité morale ainsi que son élévation mystique sont reconnues. Elle meurt en 1641, alors que l’ordre compté déjà 87 maisons. Elle est canonisée en 1641.


Revenir en haut Aller en bas
belleange
Admin
avatar

Nombre de messages : 12507
Date d'inscription : 07/12/2006

MessageSujet: Re: decembre   Mer 13 Déc - 6:47



Revenir en haut Aller en bas
violette64
Admin
avatar

Nombre de messages : 5220
Date d'inscription : 05/07/2014

MessageSujet: Re: decembre   Mer 13 Déc - 11:56

[size=30]Sainte Lucie de Syracuse[/size]

Vierge et martyre en Sicile (✝ v. 305)

Vierge et martyre à Syracuse, elle est victime de la persécution de Dioclétien en 304. Son nom même évoque la lumière, mais sa vie reste dans l'ombre. Elle fut très populaire et son culte remonte aux premiers siècles. Il s'étendit jusqu'en Scandinavie, en particulier en Suède où la fête païenne de la lumière et des mauvais esprits qui luttent contre elle, a été remplacée par la fête de sainte Lucie. A cette date, ce sont les longues nuits de l'hiver nordique. Nous connaissons aussi de longues nuits dans les doutes de notre foi. La rédaction de sa 'passion' date du Ve voire du VIe siècle et beaucoup de détails y sont légendaires: enfermée dans un lieu de prostitution, elle sut résister à toute avance; attelée à deux bœufs pour l'écarteler, ils ne purent bouger; mise sur un bûcher, les flammes s'éloignèrent d'elle. Ses reliques vénérées à Syracuse ont été transportées d'abord à Constantinople et actuellement à Venise. Saint Thomas d'Aquin parle d'elle à deux reprises dans sa 'Somme théologique'. 
Elle se serait rendue en pèlerinage à Catane sur le tombeau de sainte Agathe pour demander la guérison de sa mère. Ce miracle accompli elle distribua sa fortune aux pauvres. Dénoncée comme chrétienne, condamnée à être livrée à des débauchés, elle fut comme une 'colonne inébranlable' d'après une hymne... De cette 'fabuleuse' passion, nous retiendrons la réponse qu'elle fit à son juge: "Toi tu gardes les volontés de tes princes et moi j'observe nuit et jour les volontés de mon Dieu... Toi tu désires leur plaire et moi je n'ai d'autre ambition que de plaire au Christ seul. Fais donc ce qui te semble utile et moi je ferai ce qui sera utile au salut de mon âme".
De Syracuse où elle était l'objet d'une dévotion fort tendre dès le IVe siècle, son culte se répandit dans tout l'occident. La Corse du Moyen Age lui a dédié quelque vingt-neuf sanctuaires. (d'après 'Église de Corse en prière' - diocèse d'Ajaccio)

La photo ci-contre a été prise dans une église de la citadelle de Rhodes. Elle représente Sainte Lucie (XIVe siècle, école toscane)
Mémoire de sainte Lucie, vierge et martyre à Syracuse en Sicile, vers 300. Tant qu’elle vécut, elle garda sa lampe allumée pour aller au-devant de l’Époux et, conduite à la mort pour le Christ, elle mérita d’entrer avec lui dans la salle des noces et de posséder la lumière qui n’a pas de fin.
Martyrologe romain


Revenir en haut Aller en bas
belleange
Admin
avatar

Nombre de messages : 12507
Date d'inscription : 07/12/2006

MessageSujet: Re: decembre   Hier à 6:39



Revenir en haut Aller en bas
violette64
Admin
avatar

Nombre de messages : 5220
Date d'inscription : 05/07/2014

MessageSujet: Re: decembre   Hier à 12:20

[size=30]Sainte Odile[/size]

ou Adile, vierge en Alsace (✝ 720)

Elle ne fut pas la bienvenue. On attendait un garçon et ce fut une fille. Puis on s'aperçut qu'elle était née aveugle. Son père, Adalric, comte d'Alsace voulut la tuer comme c'était encore l'usage en ces temps mérovingiens. Mais sa mère la sauva et Odile fut accueillie par l'abbaye bourguignonne de Baume-les-Dames. 
Quand elle fut plus âgée, elle revint à la maison où son père s'était calmé. Odile refusa de se marier puisqu'elle avait fait vœu de virginité quand elle était à Baume-les-Dames. Il lui offrit le château de Hohenbourg dont elle fit un monastère. Elle y adjoignit un hospice pour les lépreux. 
Ces détails sont peut-être légendaires, mais il est sûr qu'elle fonda un monastère qui fut prospère, qu'elle était priée quelques années après sa mort pour guérir de la cécité et, surtout, que le mont Sainte Odile est, aujourd'hui encore, un pèlerinage très fréquenté et un haut lieu de la vie spirituelle. 
Patronne de l'Alsace. Mont Sainte Odile.
Illustration: Sainte Odile guérissant une jeune fille aveugle, œuvre de Gérard d’Ambroselli en grès rose des Vosges - Baptistère de l'église Sainte-Odile(75017)
Voir aussi sur le site de l'abbaye Saint Benoît
C’est au IVe siècle que nous trouvons les premiers indices sûrs de l’existence d’une communauté chrétienne avec la mention de St Amand, communauté probablement entièrement détruite lors de l’invasion des Alamans (Ve siècle). C’est le royaume franc (au VIe siècle) qui permit l’expansion de la foi et la christianisation, sous l’impulsion d’évêques (St Arbogast, VIe siècle) ainsi que de missionnaires, notamment des moines irlandais (St Gall, St Colomban...). De grands noms, de saints, d’évêques, d’hommes de Dieu, jalonnent l’histoire de notre diocèse et l’ont marquée: qu’il suffise de citer sainte Odile, Herrade, le pape saint Léon IX, fils des Seigneurs d’Eguisheim... (Histoire - diocèse de Strasbourg)
Au 13 décembre du martyrologe romain: En Alsace, vers 720, sainte Odile, vierge, première abbesse du monastère d’Hohenbourg, construit par son père, le duc Adalric.
Martyrologe romain


Revenir en haut Aller en bas
belleange
Admin
avatar

Nombre de messages : 12507
Date d'inscription : 07/12/2006

MessageSujet: Re: decembre   Aujourd'hui à 6:32



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: decembre   

Revenir en haut Aller en bas
 
decembre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Telethon 2008 : 7 et 8 decembre
» Austerlitz le 2 decembre 1805
» REP INFO DECEMBRE 2009 LEGION ETRANGERE
» FAVORIS DE DECEMBRE 2013
» Gygy- New haul - 2014 - Edit N°15 du 21 Decembre 2014

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
club des anges :: L'éphéméride-
Sauter vers: